n°18
Octobre
2011
Sauvegarde au CC-IN2P3 : vers un service plus performant
L'une des librairies du CC-IN2P3 (© CC-IN2P3 / F. de Stefanis)

Outre le traitement et le transfert de données à très haut débit, l’une des missions du Centre de Calcul de l’IN2P3 est de sauvegarder les données de l’ensemble des laboratoires de l’IN2P3.

Organisé de façon hiérarchique, le système de sauvegarde du CC-IN2P3 implique que les données soient écrites sur plusieurs médias : d’abord sur disques puis sur bandes. Pour des questions de sécurité, le CC-IN2P3 est également chargé de transférer une copie des données sur bandes dans le bâtiment de l’Institut de Physique Nucléaire de Lyon, situé à quelques centaines de mètres de celui du CC-IN2P3.

Ce backup permet d’éviter de perdre toutes les données en cas d’incendie du Centre de Calcul, par exemple.

Le logiciel de sauvegarde utilisé par le CC-IN2P3 est appelé Tivoli Storage Manager (TSM). Produit IBM, ce logiciel permet de sauvegarder les systèmes informatiques des laboratoires afin de leur permettre une reprise d’activité en cas de perte de données, mais également certaines données expérimentales brutes.

Un milliard de fichiers sont ainsi présents dans le système de sauvegarde, dans près de 2000 cartouches ayant chacune une capacité de 800 Go et pouvant être montées dans l’un des 20 dérouleurs dont dispose les librairies du CC-IN2P3.

Utilisé par l’ensemble des personnels, ce système reste pourtant assez méconnu. Le système de sauvegarde du CC-IN2P3 est pourtant en train d’évoluer puisqu’il est en passe d’être complètement revu grâce à l’installation de quatre nouveaux serveurs AIX (au lieu des deux installés en 2007).

Cette évolution dans le système de stockage du CC-IN2P3 va permettre d’améliorer le service rendu aux utilisateurs, en particulier en augmentant la bande passante et en permettant une meilleure répartition des données. Ces changements devraient ainsi réduire les temps de restauration des données.

GAELLE SHIFRIN ET REMI FERRAND