n°18
Octobre
2011
Le CC-IN2P3 inaugure sa nouvelle salle informatique

Le 27 septembre 2011, le Centre de Calcul de l’IN2P3/CNRS a inauguré sa nouvelle salle informatique, en présence de ses partenaires en région, au niveau national et à l’international.

Près de 300 personnes ont ainsi assisté à cet événement auquel ont notamment participé Jean-Jacques Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes, Jacques Martino, directeur de l’IN2P3, représentant le président du CNRS, Jean-François Carenco, Préfet de Région, Préfet du Rhône ou son représentant, Sergio Bertolucci, directeur pour la recherche et l’informatique au CERN, Sylvie Rosier-Lees, Responsable AMS France, et Roberto Vittori, astronaute à l’Agence spatiale européenne et membre de l’équipage de la navette spatiale qui a livré le détecteur AMS sur la station spatiale internationale.

Cette demi-journée de conférences, organisée en partenariat avec DELL, CAPINGELEC, APC - Schneider Electric et OpenStorage, s’est terminée par la cérémonie du ruban et par un cocktail festif sous une tente installée près du CC-IN2P3. C’est Jacques Cohen-Ganouna, premier directeur du CC-IN2P3, qui a eu le privilège de couper le fameux ruban.

Financée dans le cadre du Contrat de Projet État Région (CPER 2007-2013) par l’État, via le CNRS, et par la Région Rhône-Alpes, la construction du nouveau bâtiment a été réalisée sur un terrain villeurbannais cédé par l’Université Claude Bernard Lyon 1, sur le campus de la Doua. Le projet a bénéficié en 2009 d’un important soutien du plan de relance gouvernemental.

La nouvelle salle informatique d’une superficie de 900 m2, va permettre au CC-IN2P3 d’offrir un service encore plus performant à sa communauté de recherche, en remplissant des engagements internationaux particulièrement ambitieux vis-à-vis du projet LHC tout en offrant un service de première qualité à ses autres utilisateurs.

Le domaine des astroparticules, à la convergence de l’infiniment petit et l’infiniment grand, va avoir besoin au cours de cette décennie, d’une capacité de traitement de données sans commune mesure avec ce que le CC-IN2P3 a connu jusqu’à présent. La nouvelle salle informatique, de par sa conception moderne, fournira l’infrastructure numérique nécessaire à l’exploitation scientifique de plusieurs projets internationaux d’astroparticules. Peu d’endroits dans le monde académique offrent autant de possibilités, c’est donc d’une carte maitresse que vient de se doter le CNRS en réalisant cette extension.

Cette salle va également bénéficier aux laboratoires de recherche de la Région Rhône-Alpes, via notamment son projet de Traitement de Données et d’Informatique Distribuée en Rhône-Alpes (TIDRA) qui vise à proposer une infrastructure distribuée aux laboratoires et entreprises de la région. Cette salle informatique a été construite de façon modulaire, afin de pouvoir monter en puissance au fil du temps. Cette modularité permettra de s’adapter à toutes les évolutions des programmes scientifiques de la discipline. Dès 2011, la capacité de la nouvelle salle sera équivalente à celle de l’ancienne. A terme, elle sera 4 à 5 fois supérieure.

Les puissances électriques nécessaires à l’alimentation d’un centre de calcul tel que le CC-IN2P3 sont très importantes. Cette puissance se trouve essentiellement dissipée sous forme de chaleur qu’il faut évacuer. Le CC-IN2P3, soucieux de limiter l’impact sur l’environnement, a choisi de mettre en place les équipements nécessaires afin de récupérer la chaleur produite et de la mettre à la disposition de l’Université afin de chauffer des bâtiments du campus. Ceci est particulièrement pertinent dans le cadre du plan campus de l’UCBL qui prévoit la construction de nouveaux bâtiments proches du CC-IN2P3 en vue de créer un « quartier de la physique ».

La très haute technicité du bâtiment à construire a justifié l’utilisation d’une procédure dérogatoire de conception-réalisation, première du genre au CNRS.

Retrouvez les conférences présentées lors de l’inauguration à l’adresse :

http://webcast.in2p3.fr/events-inauguration_salle_informatique_ccin2p3.

DOMINIQUE BOUTIGNY ET GAELLE SHIFRIN