n°35
Novembre
2016
JI2016 : Retour sur la dixième édition des Journées Informatique IN2P3 IRFU

Retrouvez le programme, toutes les vidéos des présentations plénières, et faites part de votre avis via le questionnaire ouvert à tous.

Réunissant près de 120 personnes dans le Cantal, cette dixième édition a été à la hauteur de nos attentes. Force est de constater qu’au fil du temps, cette réunion biannuelle rencontre toujours un vif engouement et a trouvé sa place au sein de la communauté des informaticiens des deux instituts.

Cette année, dès la mise en place des comités d’organisation, nous avons ressenti un dynamisme communicatif, une envie de partager et de s’investir, qui sont allés crescendo jusqu’à cette belle semaine ensoleillée de fin septembre, passée ensemble. Parmi les caractéristiques appréciées de ces journées : la priorité donnée aux échanges et la variété des formes de contribution (présentation traditionnelle, éclair, atelier, piscine, table-ronde, groupe de discussion…), faisant la part belle aux nouvelles idées et aux sujets. La présence de Volker Beckmann et de Christian Olivetto a permis de partager la vision de la Direction de l’IN2P3 sur l’Informatique et le Calcul [1].

La réussite unanimement reconnue de cette édition 2016 (JI2016) justifie les remerciements et félicitations adressées aux comités de programme, d’organisation, et à tous les acteurs, orateurs et animateurs des ateliers, avec une mention spéciale au LPC Clermont, à l’IdGC (Institut des Grilles et du Cloud) pour leur soutien, à la cellule webcast du CC-IN2P3 et même aux maitres-nageurs de ces JI2016.

En effet, la « piscine numérique » était l’une des nouveautés de ces journées.

L’idée a été lancée au mois de mai dernier par un mèl enthousiaste vantant les mérites d’une nouvelle forme d’atelier, proposée par David Chamont et en partie inspirée des « piscines » des écoles Epita, Epitech et 42. Il s’agissait de mettre à disposition de tous un ensemble de mini tutoriels en ligne, rédigés et faciles à mettre en œuvre, offrant un maximum de choix quant aux sujets, et de les essayer tous ensemble, dans un même lieu et au même moment, pour pouvoir échanger et discuter autour de ces tutoriels. Compte tenu de la liste imposante de sujets proposés (Docker, Ada, Go, Python 2 à 3, PyQt4, C++14, ELK, Spark, OPC-UA, Jupyter, Sphinx, LimeSurvey et MongoDB), impossible d’échapper à la séance de « piscine numérique » prévue le premier jour de 18h00 à 19h00. Merci aux auteurs des « plongeons », transformés en « maitres-nageurs » pour la circonstance ! Ils étaient présents pour vous aider à vous mettre à l’eau, expliquer, argumenter. Cette initiative a permis d’initier quelque chose de nouveau et a, sans conteste, rencontré un petit succès et certainement bousculé les habitudes. Evidemment, après les JIs, la « piscine numérique » reste ouverte [« Piscine Numérique » : https://gitlab.in2p3.fr/MaitresNage... et https://hub.docker.com/u/piscineri3/]. A chacun de choisir un sujet et la hauteur du plongeoir !

Les Journées Informatique sont bien évidemment un moment d’échange intense et de discussion. Autre nouveauté de cette édition : le programme avait prévu deux créneaux d’une heure et demie, dédiés aux discussions avec retour en session éclair. Les sujets ont émergé de la communauté ; identifiés sur place, ils ont fait l’objet de discussions libres en groupe de taille variable. Des questions ou sujets très divers ont été abordés : « Parallélisation et Machine Learning », « Mutualisation : à quelle échelle ? », le B.A. BA de la continuité d’activité, « Les prochaines JI : où ? faut-il les ouvrir à d’autres communautés (INSU par ex.) ? », « les femmes dans l’informatique : pourquoi cette sous-représentation ? » et « la multiplicité des périmètres et des cadres d’actions » (ou comment assurer une certaine cohérence entre projets européens, sollicitations multi-tutelles… et les compétences, les orientations et priorités opérationnelles de l’unité).

L’enjeu est maintenant de donner suite à ces discussions par le biais d’autres actions : webinaires, suivi ou réactivation des groupes RI3, articles dans cette lettre, ou organisation de journées thématiques, car il y a des besoins évidents d’échanger au sein de la communauté, notamment sur tout ce qui concerne le Parallélisme et le Machine Learning, même si les deux sujets ne doivent pas nécessairement être associés. Dans ce domaine, la discussion s’est faite l’écho des propos tenus par Volker Beckmann, DAS (Directeur Adjoint Scientifique) Calcul et Données en introduction aux journées [2], évoquant le besoin d’identification et de reconnaissance des laboratoires et des thésards en informatique concernés et prônant la nécessité de renforcer nos liens avec les spécialistes en calcul intensif et sciences des données. Parmi les actions concrètement envisagées à l’IN2P3 : un projet de création d’un master-projet « Programmation Parallèle et Performance du Calcul » et la participation à la création d’un journal « Software & Computing for Big Science » présentée par Michel Jouvin [2] .

Le message de la direction selon lequel « Il faut considérer l’IN2P3 comme un seul labo, en informatique comme ailleurs » a été entendu. La question de la mutualisation en informatique a aussi été discutée. Déjà pratiquée, par le biais de la centralisation de services au CC, les actions du groupe Active Directory notamment, chacun s’accorde sur le fait que les efforts de mutualisation pourraient être renforcés. Il faut encore améliorer le partage des expériences et des études techniques et mener plus d’actions communes (par ex. gestion des postes de travail, déploiement collaboratif de services IN2P3, partage d’images de service prêtes à l’emploi, déploiement d’une IdP IN2P3 (Identity Provider) au sein de la fédération Renater).

Enfin, le « futur des JIs » semble assuré. Trois laboratoires se sont déjà portés candidats pour organiser les éditions suivantes. La question de l’ouverture de ces journées à d’autres communautés, en particulier à l’INSU, a été évoqué. Mais cette possibilité, en plus de difficultés de logistique et de financement, fait craindre une rupture de l’équilibre qui semble avoir été trouvé aujourd’hui. Les JIs seraient-elles à leur optimum ?

Avec six ateliers, de nombreux plongeons, cette édition a fait la part belle à la technique mais pas uniquement. Merci à tous et Rendez-vous en 2018 !

Frederique CHOLLET LE FLOUR (LAPP)

[1] Intervention de Volker Beckmann en ouverture des JIs

[2] Projet de journal « SW&C for Big Science » présenté par Michel Jouvin