n°11
Mai
2010

Renforcement des Infrastructures de Grille grâce aux Technologies "Cloud" et de Virtualisation

StratusLab

EGI (« European Grid Infrastructure »), une infrastructure de grille pérenne en Europe, a débuté le 1er mai dernier. Elle représente l’aboutissement de plusieurs projets Européens et nationaux qui ont été menés durant les dix dernières années. Environ 14.000 chercheurs et ingénieurs de domaines scientifiques variés l’utilisent quotidiennement pour leurs analyses scientifiques. Cette infrastructure est essentiellement une initiative académique. Au cours des trois dernières années est apparue dans le monde commercial une autre espèce d’infrastructure distribuée : le « cloud » (nuage). Le projet StratusLab [1], qui débutera le 1er juin, a pour objet de produire une distribution logicielle permettant la mise en œuvre d’un cloud « privé », principalement destiné à déployer des sites grille. Grâce à elle, EGI pourra offrir un service plus performant et qui intéressera une gamme d’utilisateurs encore plus diversifiée.

La forte utilisation actuelle de la grille montre que l’infrastructure grille répond bien aux besoins d’une fraction importante de chercheurs européens. Grâce à un système global de sécurité qui garantit la confiance entre tous les acteurs, un chercheur peut accéder à des ressources informatiques distribuées. Inversement, il peut partager ses expertises, algorithmes, données et ressources informatiques avec les autres membres de son Organisation Virtuelle via la grille. Malgré ces succès, la grille présente aux utilisateurs un environnement hétérogène qui diminue le taux de réussite des jobs et n’offre pas la capacité de déployer des services « niveau utilisateur » pour traiter les grosses analyses.

La technologie cloud promet de corriger ces défauts. Le cloud utilise intensivement la virtualisation des machines, qui permet à chaque Organisation Virtuelle, voire chaque utilisateur, de personnaliser son environnement d’exécution et donc de faciliter le portage des applications sur la grille, et éviter les problèmes qui découlent de l’hétérogénéité. De plus, l’utilisation en mode « cloud » permet aux chercheurs de déployer aussi les serveurs sur les ressources grilles. Cette possibilité est utile par exemple dans le cas des systèmes maitre/esclaves où le maitre coordonne un grand nombre des tâches. Aujourd’hui, le maitre est typiquement l’ordinateur personnel d’un chercheur, qui doit rester connecté pendant l’analyse, ou un serveur réservé à cet usage au laboratoire.

En résumé, StratusLab veut créer une distribution qui permette à un administrateur système de déployer un nuage privé. Il installe les services grilles sur ce nuage et offre à ses utilisateurs les avantages des technologies à la fois grille et cloud. Pour valider cette distribution, le projet va mettre en œuvre deux sites grille et mesurer les performances avec une gamme d’applications représentatives. La première version opérationnelle est prévue pour septembre prochain, suivie par beaucoup d’autres sur un rythme fréquent.

Le Laboratoire de l’Accélérateur Linéaire (LAL, Orsay) est impliqué dans trois aspects du projet : la coordination, les interactions avec les utilisateurs, et la mise en œuvre d’un site StratusLab. L’Institut de Biologie et Chimie des Protéines (IBCP, Lyon) est en charge de la liaison avec la communauté bioinformatique qui va tester la distribution initiale et les nouvelles fonctionnalités. Le coût total du projet est d’environ 3,3 M€, pour un effort de 340 hommes mois, avec une contribution de la Commission Européenne de 2,3 M€. La partie CNRS est de 470 k€ pour 81 hommes mois. Il compte six partenaires de cinq pays différents (FR, ES, GR, CH, IE).

Du fait du grand intérêt actuel pour la technologie cloud, StratusLab n’est pas seul dans ce domaine. Il existe beaucoup de sites qui ont déjà déployé des nuages et conduit des tests avec les outils existants. Le projet a pour ambition de devenir le centre des activités open source cloud en Europe pour faciliter l’échange d’informations et d’édifier les bases d’une collaboration qui perdurera après son achèvement.

Charles Loomis

[1] http://stratuslab.eu/

Interview

Ikuo UEDA

Cloud Computing

StratusLab
Rechercher
     

Responsables éditoriaux : Dominique Boutigny et Cristinel Diaconu
Comité de rédaction : Virginie Dutruel, Sébastien Grégoire, Eric Legay, Gaëlle Shifrin et Tiffany Thome

logo CCIN2P3
© CCIN2P3