n°5
Mars
2009
Le traitement des données LHC : temps forts de la vie du projet LCG-France

La tenue du comité de pilotage est l’occasion de rendre compte des avancées, d’examiner les éventuelles difficultés et de valider les décisions stratégiques dont dépend la vie du projet. La séance 2009 s’est tenue le 13 février dernier au Centre de Calcul de Lyon. Présidée par Etienne Augé, la réunion a rassemblé les responsables du projet, les quatre représentants français des expériences LHC : Elie Aslanides (LHCb), Daniel Fournier (ATLAS), Yves Schutz (Alice), et Yves Sirois (CMS), en présence de Cristinel Diaconu, Dominique Boutigny, Pascal Dargent, et Jean-Pierre Meyer en tant que représentant de l’Irfu. Des présentations portant sur la gestion du projet, le budget, les embauches, les activités des expériences et le fonctionnement des sites ont ouvert les débats et ont permis au comité d’émettre ses conclusions et recommandations dans la foulée de la réunion.

Une forte participation des informaticiens

L’un des premiers éléments relevé par le comité concerne la forte participation des personnels techniques, informaticiens pour l’essentiel, alors que le support scientifique incarné par la participation des physiciens au projet reste plutôt faible. En dépit d’une participation effective très forte des laboratoires, LCG-France a encore peu de visibilité dans le Système d’Information Synoptique de l’IN2P3 (ISIS). Données non renseignées, physiciens plutôt rattachés au support de leur expérience, complexité de la classification projet, distinction de la participation à LCG-France par rapport à EGEE, des difficultés existent mais les acteurs du projet seront sollicités afin qu’LCG-France puisse tirer pleinement parti des possibilités de l’outil.

Un budget 2009 validé venant soutenir le bon fonctionnement des sites Autre caractéristique notable, le budget LCG-France de près de 3.9 M€ émarge pour une grande part aux Très Grands Équipements du CNRS (TGE). Il bénéficie également pour partie de la convention signée entre le CEA et le CNRS concernant le Centre Calcul de l’IN2P3. En 2009, pour la première année, LCG-France va apporter un soutien financier aux sites dits Tier-2 et Tier-3 en plus du budget octroyé au CC-IN2P3 au titre de Tier1 et Centre d’Analyse. A cette occasion, le comité a pu apprécier le bon fonctionnement de l’ensemble des sites LCG-France. En 2008 les sites Tier-1 et Tier-2 ont honoré leurs engagements vis-à-vis la collaboration WLCG en termes de ressources et de qualité de service. Le soutien LCG-France est d’abord destiné au renouvellement des équipements informatiques utilisés depuis plus de 3 ans via la grille LCG. Mais il comprend aussi une part contribuant à la montée en puissance prévue cette année. Les modalités de répartition du budget 2009 entre les sites ont été validées. La distribution effective des crédits est prévue en avril après la tenue du comité de revue des ressources ou C-RRB qui validera les demandes globales des expériences et fera la synthèse des ressources WLCG conformément au planning de redémarrage du LHC.

Analyse de données, une activité sensible

Tout le monde est conscient que les physiciens français doivent être en mesure le jour J de procéder à l’analyse des données LHC. Aujourd’hui les activités d’analyse ont démarré dans l’ensemble des sites : analyses de données cosmiques ou Monte Carlo gérées centralement par l’expérience et analyses individuelles soumises par les physiciens français. Des tests destinés à optimiser les modes d’accès aux données et les infrastructures des sites sont également conduits. La difficulté de prévoir le scénario le plus efficace, de connaître avec certitude les performances attendues, de tester les infrastructures en vraie grandeur fait craindre quelques moments de stress à l’heure du démarrage. Les fonctionnalités affichées par le CC-IN2P3 qui sera à la fois Tier-1, centre de sauvegarde et de traitement des données, et centre de simulation et d’analyse mais également centre de ressources dédiées aux physiciens français sont source de complexité. Aujourd’hui, le CC-IN2P3 assure des services Tier-1 de qualité mais il doit renforcer et différencier les services offerts par les parties Tier-2 et Tier-3 pour préserver l’activité d’analyse à venir. A l’heure où les physiciens sont encore occupés à la mise en route des détecteurs, le comité de pilotage a requis sur ce point les efforts de tous les acteurs : expériences, experts du calcul et des sites.

Passage en mode « opérationnel »

Le calcul des expériences LHC passe aujourd’hui en « mode opérationnel » avec la mise en place de « shifts » ou piquets, la gestion de tickets d’alarme et la sollicitation de plus en plus fréquente des astreintes en place. Les deux années 2009 et 2010 constituent également une période charnière qui verra la fin du projet EGEE et l’émergence de la structure pérenne européenne EGI basée sur des grilles nationales (NGI). Une bonne gestion de cette transition étant capitale pour le succès du projet, le comité de pilotage a proposé la tenue d’une réunion entre LCG-France et l’Institut des Grilles du CNRS. D’ici là, rendez-vous est pris pour l’automne 2009.

Autre temps fort du projet : La rencontre des sites LCG-France à Grenoble, les 27 et 28 novembre 2008 Ces journées ont permis de faire l’état des lieux du fonctionnement de l’infrastructure, de partager et d’échanger les idées et les expertises et de réfléchir ensemble sur la planification des ressources, des logiciels et de l’amélioration de l’efficacité du fonctionnement. Des revues sur l’état actuel des centres de ressources, Tier-1, Tier-2, Tier-3 français et du centre d’analyse ont été données. Près de 70 personnes, physiciens, ingénieurs et techniciens des laboratoires du CNRS/In2p3 et du CEA/Irfu ont participé à ces rencontres.

Les présentations ainsi que le film réalisé à l’occasion peuvent être consultées à cette adresse : http://indico.in2p3.fr/conferenceDi...

Organisation : F. Chollet (LAPP) Comité scientifique : F. Chollet (LAPP), F. Hernandez (CC-In2p3), F. Malek (LPSC) Site LCG-France : http://lcg.in2p3.fr

Frédérique Chollet et Fairouz Malek